Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation

Les cancers du col de l'utérus

Cancers du col de l'utérus : le dépistage

Un suivi gynécologique régulier est recommandé. En effet, c’est au cours d’une consultation avec son médecin ou sage-femme que peut être pratiqué le dépistage par test HPV associé ou pas à un frottis cervico-utérin (FCU).

Le cancer du col de l’utérus peut être dépisté précocement grâce à un examen clinique gynécologique. Le dépistage permet surtout de repérer d’éventuelles lésions précancéreuses afin de les traiter avant qu’elles n’évoluent vers un cancer du col de l’utérus. 

 

Le cancer du col de l’utérus fait désormais l’objet d’un programme de dépistage organisé. Un courrier est ainsi adressé aux femmes afin d’y participer. Les recommandations de dépistage émises par la Haute Autorité de santé sont les suivantes :

  • Entre 25 et 30 ans : le dépistage se fait par un frottis cervico-utérin (2 FCU à un an d’intervalle puis 3 ans plus tard). Le frottis est réalisé par un praticien sous spéculum, à l’aide d’une petite brosse ou d’une spatule, grâce à laquelle il prélève un échantillon de cellules au niveau du col de l’utérus et du fond du vagin. Cette technique, très rapide et indolore, permet à un anatomo-cyto-pathologiste d’observer au microscope les cellules recueillies pour déterminer si elles présentent ou non des anomalies qui font suspecter une lésion. 
  • À partir de 30 ans et jusqu’à 65 ans : le dépistage se fait par un test HPV, c’est-à-dire en recherchant des génotypes d’HPV dits « oncogènes ». Si la recherche d’HPV est négative, un nouveau test HPV est réalisé 5 ans plus tard. En cas de test HPV positif, on réalisera alors un frottis cervico-utérin.

Le test HPV peut être réalisé par un ou une gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme. Il peut également être réalisé dans un laboratoire d’analyses médicales. Il s’agit d’un simple prélèvement vaginal à l’aide d’un écouvillon. La pose de spéculum n’est pas obligatoire. 

La réalisation régulière d’un test HPV ou d’un frottis, ainsi que le suivi gynécologique (voir ci-dessous), sont les meilleurs moyens de repérer des lésions précancéreuses : le traitement précoce de ces lésions permet ainsi de prévenir leur possible développement en cancers du col de l’utérus. 
 

Le suivi gynécologique

En France, le suivi gynécologique n’est pas obligatoire (sauf en cas de grossesse), mais il est recommandé de consulter régulièrement un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme, dès le début de sa vie sexuelle. En effet, seul un tel suivi permet de détecter ou dépister précocement des anomalies gynécologiques, ainsi que d’éventuelles infections sexuellement transmissibles (IST). Lors d’un examen gynécologique, le praticien introduit dans le vagin un instrument appelé spéculum pour observer la partie supérieure du vagin et du col de l’utérus. Il pratique ensuite un toucher vaginal, qui consiste à palper, par deux doigts introduits dans le vagin et l’autre main posée sur l’abdomen, les organes de la région pelvienne (vagin, col de l’utérus, corps de l’utérus, trompes et ovaires).


Ce dossier a été réalisé grâce au concours de la Pr Cécile Badoual, de la Pr Anne-Sophie Bats, du Dr Nicolas Delanoy ainsi que du Dr Huyên-Thu Nguyen Xuan (Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris).