Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation

Projet soutenu

Trouver rapidement de nouveaux médicaments contre le neuroblastome

Marion Le Grand, post-doctorante au sein d’une équipe du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM), tente de découvrir les médicaments qui pourraient présenter une efficacité contre le neuroblastome parmi ceux qui sont déjà disponibles pour d’autres pathologies. Cette stratégie appelée « repositionnement de médicament » permet une utilisation clinique rapide et à moindre coût des traitements dont la tolérance a déjà été évaluée. Pour cela, elle a monté un projet destiné à tester plusieurs médicaments candidats issus d’un premier criblage. Elle veut désormais vérifier leur efficacité et comprendre leur mode d’action dans le neuroblastome. Nous soutenons ce projet en finançant le second post-doctorat de Marion Le Grand à hauteur de 119 598 euros sur 24 mois.

Le contexte

Développer un nouveau médicament prend des années et coûte des millions d’euros. Ce temps long s’oppose à celui de l’urgence médicale, a fortiori quand le pronostic vital est engagé à court terme. Dans le cas du neuroblastome (pathologie tumorale la plus fréquente chez le nourrisson et au second rang chez le jeune enfant), qui représente plus de 15% des décès liés au cancer chez l’enfant, certains patients voient leur tumeur régresser spontanément, mais d’autres, atteints de formes dites à haut risque, sont actuellement en impasse thérapeutique. De nouvelles approches doivent donc rapidement être développées, pour répondre aux besoins urgents des cliniciens.

Marion Le Grand mise, avec son équipe du Centre de recherche en cancérologie de Marseille, sur le repositionnement de médicaments déjà disponibles dans d’autres indications. En effet la toxicité de ces médicaments a déjà été testée chez l’Homme et la molécule est déjà autorisée par les autorités de santé, facilitant son développement dans une nouvelle indication. En testant environ 3 600 médicaments sur des cellules multirésistantes de neuroblastome en culture, les chercheurs en ont identifié 68 permettant de freiner les divisions cellulaires, voire de tuer les cellules cancéreuses.

Maintenant, Marion Le Grand veut sélectionner les quelques molécules les plus prometteuses parmi ces 68 candidats, comprendre leur mode d’action et vérifier leur efficacité in vitro et in vivo. Pour cette sélection, elle effectuera une étude bio-informatique consistant à analyser des bases de données publiques cliniques et biologiques, à la recherche de renseignements sur les cibles thérapeutiques de ces médicaments dans les neuroblastomes. Une fois ce travail effectué, elle étudiera avec son équipe le rôle de ces cibles dans des cellules de neuroblastome en culture. Les chercheurs bloqueront ou au contraire stimuleront l’activité de ces molécules et observeront l’effet sur les cellules cancéreuses. Enfin, ils testeront les médicaments candidats à différentes doses. Si des résultats sont concluants, ils collaboreront avec les cliniciens de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM), qui prennent en charge des enfants atteints de neuroblastome, pour tester les candidats-médicaments repositionnés chez des patients dans le cadre d’essais cliniques.

Ce projet intègre donc une dimension fondamentale avec la description du mécanisme d’action du médicament repositionné dans le cancer pédiatrique et une dimension translationnelle puisque l’objectif est de fournir rapidement de nouvelles solutions thérapeutiques aux patients.

La porteuse du projet

Marion Le grand

Après un premier post-doctorat effectué à Sydney en Australie où elle a travaillé sur le neuroblastome, Marion Le Grand effectue un deuxième post-doctorat au Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM). Elle est dans l’équipe iSCB (Integrative Structural Chemical Biology) destinée à la découverte de nouveaux traitements anticancéreux et composée d’environ 20 personnes. Parmi elles, trois sont spécialisées sur les cancers pédiatriques et attendent d’ailleurs la création d’une sous-équipe en 2023, incluant Marion Le Grand.

Le repositionnement de médicament est privilégié dans cette équipe en raison de l’expertise en pharmacologie et en biologie des cancers pédiatriques et de plusieurs plateformes technologiques de pointe au sein du CRCM pour le séquençage, le criblage et la cytométrie. Les chercheurs collaborent en outre avec les cliniciens de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Notre soutien

Nous soutenons ce projet en finançant le post-doctorat de Marion Le Grand à hauteur de 119 598 euros sur 24 mois.

 


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux