Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
12 janvier 2022

Microbiote : décryptage de son rôle dans l’immunité anti-tumorale

Des travaux récents éclairent le rôle des bactéries que nous hébergeons dans la mise en place d’une immunité opérationnelle au sein du micro-environnement tumoral.

Le microbiote, c’est à dire l’ensemble des micro-organismes qui vivent en symbiose avec nous au sein de notre organisme, est un partenaire indispensable de notre physiologie. En outre on sait depuis plusieurs années que sa composition joue un rôle dans la réponse à certains traitements anticancéreux. Mais, à ce jour, les mécanismes expliquant l’influence cruciale de ces colocataires ne sont toujours pas clairs. Des chercheurs américains se sont penchés sur la question. 

Leurs premiers résultats ont permis d’affirmer que le microbiote avait un effet sur la nature des cellules immunitaires présentes au sein du microenvironnement tumoral, et que cet effet reposait sur des signaux moléculaires capables d’activer une voie bien connue des immunologistes, celle de l’interféron (IFN) de type 1. Sous l’action du microbiote – que les chercheurs parviennent à modifier grâce à un régime riche en fibres – des cellules du système immunitaire présentes dans les tumeurs produisent ce fameux IFN. Ce messager déclenche à son tour toute une cascade de signaux, aboutissant au recrutement et à l’activation de cellules immunitaires capables de constituer une attaque ciblée contre la tumeur.

Ces signaux ayant été identifiés in vivo grâce à leur modèle expérimental, les chercheurs ont analysé des échantillons provenant de patients atteints de mélanomes et traités par immunothérapie. Les cascades d’activation, au sein du système immunitaire intra-tumoral des patients qui répondaient aux immunothérapies, correspondaient parfaitement à ce qui avait été établi dans le modèle in vivo. Parallèlement, des expériences de transplantation fécale ont permis de montrer que le microbiote intestinal des patients répondeurs aux immunothérapies permettait d’engendrer une activation des cellules immunitaires anti-tumorales in vivo.

Les données établies par les auteurs de cette étude semblent cohérentes avec des premiers résultats d’essais cliniques qui évaluent la sécurité et la faisabilité de la transplantation fécale entre patients répondant, ou non, aux immunothérapies. Au-delà de cette approche thérapeutique émergeante, c’est aussi une approche médicamenteuse « plus classique », que les chercheurs américains envisagent, en traitant les patients à l’aide de molécules qui remplaceraient les signaux portés par le microbiote.


 R.D.
Source : Lam, K.C. et al ; Microbiota triggers STING-type I IFN-dependent monocyte reprogramming of the tumor microenvironment; Cell; 14 octobre 2021