Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
05 mars 2024

Entose : quand les cellules de cancers du foie deviennent… cannibales

Des travaux publiés dernièrement font la lumière sur un mécanisme de « cannibalisme cellulaire », qui semble jouer un rôle important dans les cancers hépatiques. 

Le médicament n’est pas pour aujourd’hui. En effet, c’est un territoire très peu connu de la biologie des cancers hépatiques que l’équipe « Cancer du foie et invasion tumorale », co-animée par Violaine Moreau et Frédéric Saltel, a choisi d’explorer. Sur la base d’observations préliminaires réalisées dans leur laboratoire et des quelques publications qui existent sur le sujet, les chercheurs bordelais se sont lancés, avec notre soutien, dans l’étude des mécanismes moléculaires de l’« entose », une forme de cannibalisme cellulaire qui serait associé à la progression des cancers du foie.

Ce phénomène se manifeste, sous le microscope, par la présence de structures dites « CIC », pour cell-in-cell (cellule dans une cellule) dans les tissus observés. Ces structures sont le résultat de l’internalisation d’une cellule par une autre, la cellule ainsi cannibalisée étant dégradée dans un second temps. C’est en étudiant le rôle d’une protéine – RND3 – dont la faible expression est associée à un taux de survie moindre des patients atteints de carcinomes hépatiques, que l’équipe de Violaine Moreau a visualisé ces structures CIC. Dès lors, les chercheurs ont tenté d’établir le lien entre la protéine (et le fait qu’elle soit associée au pronostic des patients) et le phénomène d’entose.

Leurs résultats ont alors montré que la perte d’expression de RND3 induisait l’activation d’une seconde protéine – LAMP1 – qui, elle, s’est avérée impliquée dans les différentes étapes de l’entose, de l’internalisation d’une cellule dans une autre à la destruction de la cellule internalisée. Dans le détail, il est intéressant de noter que certains mécanismes moléculaires qui s’avéraient cruciaux pour l’entose dans les cellules de carcinomes hépatiques ne correspondaient pas précisément à ceux qui avaient pu être observés antérieurement, dans les cancers du sein. Des spécificités qui rappellent que les connaissances acquises en biologie… ne le sont que dans des contextes très précis et doivent toujours être requestionnées ou, a minima, confirmées, dès lors que l’on s’intéresse à un autre cancer ou à un autre modèle expérimental.

Selon les chercheurs bordelais, en l’occurrence, les données publiées récemment indiquent que cette forme de cannibalisme cellulaire, même si elle n’est pas fréquente dans les cancers du foie, peut jouer un rôle déterminant. En effet, sa survenue dans les tumeurs des patients est corrélée à des signes d’agressivité du cancer, comme l’invasion vasculaire ou la présence de nodules satellites dans le foie.

Tous ces résultats doivent bien-sûr être renforcés par d’autres analyses afin, notamment, de préciser les liens de cause à effet entre le phénomène d’entose et l’agressivité des tumeurs. Pour l’heure, ils ouvrent de nouvelles pistes pour appréhender un aspect potentiellement clé du développement de ces cancers qui, chaque année, touchent plus de 11 000 personnes en France.

11 658

cas de cancers du foie en 2023

18 à 19%

survie nette standardisée à 5 ans

50 000 €

alloués au projet de Violaine Moreau, pour 24 mois 

 


R.D.

Source : Basbous, S. et al ; Loss of RND3/RHOE controls entosis through LAMP1 expression in hepatocellular carcinoma ; Cell Death and Disease ; 13 janvier 2024