Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
29 juillet 2021

Lymphome folliculaire : à la recherche de cibles dans l’écosystème immunitaire

Les travaux d’une équipe soutenue par la Fondation ARC éclaircissent les liens entre les cellules immunitaires et leurs partenaires dans les « centres de formation » que sont les organes lymphoïdes secondaires. Des informations majeures pour envisager de nouvelles cibles thérapeutiques contre les lymphomes folliculaires.

Les lymphomes folliculaires sont des cancers qui touchent en général les lymphocytes B (producteurs d’anticorps). Leur évolution est lente dans la majorité des cas, mais les traitements n’empêchent pas toujours la progression ou la récidive. La compréhension des circonstances de ces récidives est un enjeu majeur pour envisager de nouvelles solutions thérapeutiques. Pour mieux comprendre les conditions de vie des lymphocytes concernés par ces cancers, l’équipe de Karin Tarte, de l’Université de Rennes, travaille depuis de nombreuse années sur l’exploration de l’écosystème immunitaire qui s’établit dans les organes lymphoïdes secondaires, ces zones de rencontre où se croisent les lymphocytes « naïfs » et les cellules infectées ou les cellules immunitaires qui ont ingéré des pathogènes et en présentent des échantillons…

Les derniers travaux, réalisés avec le soutien de la Fondation ARC et en collaboration avec des équipes de Paris, Lyon et Montpellier, ont fait la lumière sur certaines relations entre les lymphocytes B – sains ou malades – et certaines cellules qui constituent le corps de ces organes lymphoïdes secondaires que sont, par exemple, les ganglions lymphatiques, la rate ou les amygdales.

Dans un premier temps, les chercheurs ont exploré et décrit la diversité des cellules qui peuplent ces territoires complexes. On sait en effet que les cellules dites « stromales » (qui n’ont pas une action immunitaire directe) jouent un rôle crucial dans l’activation des lymphocytes, sans que ce rôle soit pour autant bien compris. Grâce à un travail de tri draconien, selon de multiples critères moléculaires et fonctionnels, Karin Tarte et ses collaborateurs ont réussi à identifier différentes sous-populations de cellules stromales et à en préciser les fonctions respectives.

Leurs travaux se sont aussi focalisés sur l’influence réciproque entre les lymphocytes B et ces cellules stromales. En effet, l’analyse des gènes exprimés dans ces dernières révélait une capacité à répondre à divers stimuli émanant des lymphocytes. Une disposition cohérente avec l’adaptation du comportement des cellules locales quand des lymphocytes se présentent. Et quand les lymphocytes en question sont cancéreux, leurs résultats montrent encore comment un dialogue, à double sens, s’établit avec les cellules stromales.

Tous les détails révélés par ces travaux, sur les relations qui se trament entre différentes cellules, ouvrent des perspectives importantes en terme de stratégie thérapeutiques. Porter atteinte aux conditions de vie des cellules cancéreuses permettrait de contourner des mécanismes de résistances aux traitements actuels, responsables des nombreuses récidives observées chez les patients atteints de lymphomes folliculaires.

 


R.D.

Source : Mourcin, F. et al; Follicular lymphoma triggers phenotypic and functional remodeling of the human lymphoid stromal cell landscape; Immunity; Aout 2021
 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux