Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Prix Nobel de médecine et physiologie : le temps des immunothérapies

Le Prix Nobel de médecine et de physiologie a été attribué à deux chercheurs dont les travaux ont permis l’émergence des immunothérapies qui, aujourd’hui, changent la vie de nombreux patients.

James P. Allison et Tasuku Honjo ont reçu le prix Nobel de médecine et de physiologie. Les travaux qu’ils ont menés dans les années 90 sur les mécanismes de régulation du système immunitaire ont été à l’origine du développement des immunothérapies anti-cancéreuses.

Les immunothérapies qui, depuis quelques années, obtiennent des autorisations de mise sur le marché pour un nombre croissant de pathologies cancéreuses ont une longue histoire ! Les deux lauréats en ont écrit les plus grandes pages dans les années 90 alors qu’ils travaillaient sur le rôle de quelques protéines apparemment impliquées dans la régulation des mécanismes immunitaires, PD-1 et PD-L1 pour Takusu Honjo, CTLA-4 pour James Allison.

A l’époque, les chercheurs ont décrit les « checkpoints » ou « points de contrôle » immunitaires, des mécanismes qui permettent à notre système de défense, dans certaines situations, de restreindre son action pour ne pas nuire à son environnement proche et, dans certains cas, d’éviter les réactions auto-immunes. Ainsi, les chercheurs américains et japonais ont montré que les protéines PD-1 et CTLA-4, présentes sur les cellules immunitaires, agissaient comme des leviers de freins, activables par des protéines exprimées par d’autres cellules ou présentes dans l’environnement de ces cellules immunitaires.


Alors que nombre de travaux portaient à l’époque sur la question des maladies auto-immunes et donc que l’activation de ces freins était un enjeu clinique majeur, le deux lauréats ont envisagé l’inverse. Et si l’on parvenait, au contraire, à empêcher l’action de tels freins dans le contexte tumoral ? Leurs premières réussites, dès le milieu des années 90 ont ouvert la voie et ont mené, près de 20 ans plus tard, à des centaines d'essais cliniques et aux résultats que l’on connait aujourd’hui.

 

Système immunitaire VS cancer, une guerre de plus de 100 ans 

Si certains travaux précurseurs, en l'occurrence salués par un Prix Nobel, marquent un tournant dans l'évolution d'un champ de recherche, les progrès scientifiques ou médicaux ont tous une histoire qui, bien souvent, s'est construite sur la base d'expériences bien plus modestes. Pour illustrer ce point de vue, un court article présente comment, 100 ans avant les chercheurs récompensés, des médecins semaient sans le savoir les graines de ce que l'on considère aujourd'hui comme une révolution thérapeutique.

En savoir plus

La Fondation ARC et l'immunothérapie

La Fondation ARC est pleinement impliquée dans cet effort de recherche, indispensable pour améliorer et déployer l’usage de ces nouveaux traitements. Elle soutient en particulier l’essai CHECK’UP, une étude pour identifier les marqueurs prédictifs de la réponse aux anti-PD1 et PD-L1, et a lancé en 2018 l’appel à projet SIGN-IT, dont l’objectif est de faire émerger de nouveaux projets « permettant d’identifier des signatures pour guider la décision thérapeutique et sélectionner les patients susceptibles de bénéficier de ces traitements ».


R.D.

Crédit image : Niklas Elmehed. (c) Nobel Media AB 2018


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).