Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

On estime entre 3 000 et 4 000 le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année

En 2016, 8 projets de recherche ont été soutenus par la Fondation ARC

En 2016, près de un million d'euros ont été alloués à la recherche sur ce cancer

Les sarcomes des tissus mous et des viscères

Les sarcomes sont des tumeurs qui se développent aux dépens des tissus de soutien de l’organisme. On distingue les sarcomes des os et les sarcomes des tissus mous et des viscères. Ces derniers sont les plus fréquents et font l’objet de ce dossier.

Symptômes & diagnostic

Compte tenu de l’incidence faible des sarcomes et des symptômes, peu spécifiques, les médecins non spécialisés suspectent le plus souvent d’autres pathologies plus courantes et moins graves.

Les symptômes

Lorsque la maladie est peu évoluée, les sarcomes des tissus mous et des viscères sont asymptomatiques.

En effet, comme les tissus mous sont élastiques, ils peuvent se déformer au fur et à mesure du développement de la tumeur sans que cela ne provoque de symptômes. La personne atteinte peut toutefois ressentir au toucher la présence d’une boule. Lorsque la masse grossit, celle-ci peut comprimer les tissus environnants comme les nerfs et devenir douloureuse ; parfois, elle peut même gêner les mouvements. Une boule de plus de cinq centimètres de diamètre, même si elle n’est pas douloureuse, qu’elle soit interne ou superficielle, doit amener le patient à consulter un médecin. Ce dernier pourra alors étudier l’éventualité de la présence d’un sarcome.


Le diagnostic

Lors d’une première consultation, le médecin peut confondre un sarcome avec une lésion bénigne des parties molles comme un lipome (cent fois plus nombreux que les sarcomes).

Pour orienter le diagnostic, une échographie et un scanner sont des examens d’imagerie qui permettent de visualiser la grosseur ; une imagerie par résonance magnétique (IRM), examen clé pour diagnostiquer un sarcome, est ensuite prescrite.

Lorsque la présence d’un sarcome est suspectée, la réalisation d’une biopsie est indispensable. La confirmation du diagnostic de sarcome repose en effet sur l’analyse d’un échantillon de tissu obtenu par biopsie. Il s’agit de prélever un morceau de tissu suspect afin de l’étudier au microscope. La biopsie se déroule généralement sous anesthésie locale par ponction : on parle de biopsie percutanée. Un morceau de la tumeur est prélevé à l’aide d’une grosse aiguille appelée « trocart » sous contrôle scanner ou échographique.


Vivre avec & après la maladie

Le diagnostic d’un cancer est un moment difficile. L’équipe médicale est là pour aider et orienter les patients et leurs proches tout au long de cette épreuve.

Dans le cas d’un sarcome, les difficultés liées aux éventuels traitements mutilants peuvent en particulier nécessiter un soutien spécifique.

Après le choc lié à l’annonce de la maladie, il est important pour le patient de s’impliquer progressivement dans sa prise en charge. Ne pas perdre pied et éviter les baisses de moral contribuent en effet à l’efficacité des traitements. Dans cet objectif, le soutien des proches est important, ainsi que celui du personnel soignant qui peut entendre les inquiétudes et répondre aux interrogations exprimées.

Plusieurs dispositifs extérieurs à la famille et à l’équipe soignante peuvent également aider le patient à accepter la maladie et à faire face : il peut par exemple trouver du soutien auprès de structures d’écoute et d’information.


ON PEUT TOUS
S’ENGAGER !

Faire un don, organiser une collecte, devenir partenaire, s’informer sur les legs et assurances-vie… Les moyens de s’engager contre le cancer sont multiples.

Ensemble, accélérons la recherche pour sauver plus de vies.

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).