Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

14 706 nouveaux cas de cancers des VADS diagnostiqués en 2015

En 2016, 5 projets ont reçu le soutien de la Fondation ARC

En 2016, plus d'un million d'euros alloués à la recherche sur ce cancer

Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Appelés aussi cancers ORL, les cancers des voies aérodigestives supérieures ou VADS représentent un ensemble de cancers qui touche, aujourd’hui encore, principalement les hommes.

Les voies aériennes digestives supérieures (VADS) correspondent à la partie haute des appareils digestif et respiratoire. Carrefour des voies utiles pour manger et respirer, les VADS regroupent un ensemble de conduits et de cavités également indispensables à la parole et l’olfaction.

Symptômes & diagnostic

Au stade précoce, les cancers des VADS ne présentent pas de symptômes spécifiques. Une fois le diagnostic posé, le bilan pré-thérapeutique est une étape essentielle avant la mise en oeuvre des traitements.

Les symptômes

Au début de la maladie, le cancer est asymptomatique. Il peut alors être détecté à l’occasion d’une consultation chez le dentiste ou lors d’un examen ORL classique.

Les premiers symptômes qui peuvent apparaître sont des saignements de nez, des douleurs à l’oreille, une sensation d’oreille bouchée, une gêne à la déglutition, une modification du timbre de la voix ou encore l’apparition d’une boule au niveau du cou. Même si ces signes ne sont pas nécessairement inquiétants, il est conseillé de consulter son médecin traitant s’ils persistent au-delà de trois semaines.


Le diagnostic

Lors d’une consultation chez un oto-rhino-laryngologue, le patient est d’abord interrogé sur les éventuels facteurs de risque auxquels il est exposé.

Ensuite, le médecin spécialiste procède à un examen clinique des voies aérodigestives supérieures à l’aide d’un abaisse-langue, d’une source lumineuse et d’un miroir afin de voir les zones cachées ; il palpe l’intérieur de la bouche et le cou pour repérer une éventuelle zone plus dure (indurée) et/ou des ganglions enflés. Un examen plus approfondi du larynx peut aussi être réalisé grâce à un nasofibroscope ; il s’agit d’introduire par les fosses nasales des fibres optiques fines et souples qui permettent d’observer les muqueuses du larynx et les possibles lésions.


Vivre avec & après la maladie

Les cancers des VADS et leurs traitements ont des conséquences qui peuvent être importantes même si les progrès permettent de minimiser les pertes fonctionnelles.

Rééducation et soutien sont indispensables pour parvenir à retrouver une vie « presque comme avant ».

La consommation d’alcool et le tabagisme sont des comportements à risque particulièrement importants des cancers des VADS. De plus, fumer augmente le risque de complications des traitements mais aussi le risque de récidive. C’est pourquoi les médecins insistent pour un arrêt total.

Ceci dit, arrêter de fumer et de consommer de l’alcool est difficile, d’autant plus quand l’addiction est ancienne. Il est conseillé de se faire aider. Une consultation avec le médecin traitant ou un tabacologue en ville ou à l’hôpital est l’occasion de faire le point et d’être accompagné. Il existe aussi des structures spécialisées en addictologie ainsi que des groupes de parole. Il est possible d’avoir recours à des substituts nicotiniques (patch et/ou gommes) ou des médicaments qui atténueront les difficultés du sevrage.

Concernant la cigarette électronique, le Haut Conseil de santé public (HCSP) reste prudent ; si on constate une réduction du tabagisme chez les « vapoteurs », il n’y a pas encore suffisamment de recul pour estimer les risques et les bénéfices de cette pratique. Cette instance souligne dans un rapport qu’elle peut constituer toutefois une aide efficace et utile pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac.


ON PEUT TOUS
S’ENGAGER !

Faire un don, organiser une collecte, devenir partenaire, s’informer sur les legs et assurances-vie… Les moyens de s’engager contre le cancer sont multiples.

Ensemble, accélérons la recherche pour sauver plus de vies.

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).