Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

En 2016, 12 projets de recherche sur ces cancers soutenus par la Fondation ARC

En 2016, près de 1 million d'euros alloués à la recherche sur ces cancers

56 800 nouveaux cas estimés en 2012 en France

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme

Les cancers de la prostate

La prostate est une glande masculine dont la fonction principale est de produire un liquide qui entre dans la composition du sperme. Elle est le siège de développement d’un des cancers les plus fréquents chez l’homme.

La prostate est une glande masculine qui fait partie du système reproducteur masculin. Elle est située dans le petit bassin, juste sous la vessie et devant le rectum. Elle a la forme et la taille d’une châtaigne, et pèse 20 à 25 grammes.

Dépistage & diagnostic

Le dépistage du cancer de la prostate n’est pas recommandé par les autorités de santé.

Le dépistage

Des examens peuvent être réalisés, au cas par cas, pour détecter précocement une tumeur, avant même qu’elle ne provoque de symptôme.

En France, comme dans tout autre pays, les autorités de santé ne sont pas en mesure d’affirmer qu’un dépistage du cancer de la prostate ferait diminuer le nombre de décès liés à ce cancer. Les grandes études internationales présentent en effet des résultats contradictoires, qui peuvent s’expliquer par la nature des cancers de la prostate comme par le manque de fiabilité des examens actuellement disponibles pour la réalisation de ce dépistage : le toucher rectal et le dosage du PSA. 

Pour ces raisons, il n’existe pas de programme national de dépistage du cancer de la prostate s’adressant aux hommes de manière systématique. La réalisation d’un dépistage, même envisagée à l’échelle individuelle, n’est pas non plus recommandée.


Les symptômes et le diagnostic

Si les examens de dépistage ou d’autres symptômes laissent suspecter la présence d’un cancer de la prostate, le médecin propose au patient des examens spécifiques. Ils permettront d’établir un diagnostic et d’évaluer l’état d’avancement de la maladie.

Dans la plupart des cas, le cancer de la prostate est une tumeur qui évolue lentement. Pendant de nombreuses années, il entraîne peu ou pas de manifestations cliniques.

À un stade plus avancé, des troubles urinaires apparaissent : difficultés à uriner, fréquence exagérée des envies d’uriner  avec émission d’un faible volume, rétention des urines pouvant entraîner une infection… Ces symptômes sont dues à la compression de l’urètre par la tumeur au sein de la glande prostatique.


Vivre avec & après la maladie

Pendant et après la maladie, le corps médical aide le patient à se réapproprier son quotidien, notamment afin d’accepter les conséquences fonctionnelles urinaires et sexuelles des traitements.

Après le choc lié à l’annonce de la maladie, il est important pour le patient de s’impliquer progressivement dans sa prise en charge.

Ne pas perdre pied et éviter les baisses de moral contribuent en effet à l’efficacité des traitements. Dans cet objectif, le soutien des proches est important, ainsi que celui du personnel soignant qui peut entendre les inquiétudes et répondre aux interrogations exprimées.

Plusieurs dispositifs extérieurs à la famille et à l’équipe soignante peuvent également aider le patient à accepter la maladie et à y faire face : il peut, par exemple, échanger avec un psychologue ou psycho-oncologue. Il est généralement possible de les rencontrer au sein même des services d’oncologie.

Dans le cas contraire, il ne faut pas hésiter à demander conseil à l’équipe médicale. Parallèlement, le recours aux associations de patients peut être très précieux. Ces structures proposent souvent des permanences téléphoniques ou des groupes d’échange permettant aux patients ou aux proches de dialoguer avec des personnes touchées directement ou indirectement par le cancer.


ON PEUT TOUS
S’ENGAGER !

Faire un don, organiser une collecte, devenir partenaire, s’informer sur les legs et assurances-vie… Les moyens de s’engager contre le cancer sont multiples.

Ensemble, accélérons la recherche pour sauver plus de vies.

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).