Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

En 2016, 11 projets ont été soutenus par la Fondation ARC

En 2016, plus de 2 millions d’euros alloués à la recherche sur les cancers de l'appareil génital féminin

En 2012, environ 7 275 nouveaux cas de cancer de l'endomètre ont été diagnostiqués

Les cancers de l'endomètre

Lorsqu’on parle de cancers de l’utérus, une distinction est faite entre les tumeurs qui se développent au sein du corps de l’organe (les cancers du corps de l’utérus, auxquels appartiennent les cancers de l’endomètre) et celles qui affectent le col utérin (les cancers du col de l’utérus).

L’utérus est un organe creux, en forme de poire, situé dans la partie inférieure de l'abdomen de la femme, entre la vessie et le rectum. La partie inférieure de l'utérus, la plus étroite, s’ouvre sur le vagin : il s’agit du col de l’utérus. La partie supérieure, plus large, s’appelle le corps de l’utérus.

Risques & prévention

Le cancer de l’endomètre survient généralement chez des femmes ménopausées âgées de 55 à 70 ans. Les causes des cancers de l’endomètre sont multiples : hormonales, génétiques, métaboliques (obésité, hypertension)…

Le diagnostic

Seules l’observation et l’analyse de tissus de l’endomètre, prélevés par biopsie ou curetage, permet d’établir un diagnostic définitif.

Il n’existe pas à ce jour d’examen de dépistage du cancer de l’endomètre (le frottis ne permet de dépister que les cancers du col de l’utérus).

C’est la réapparition de saignements vaginaux (les pertes pouvant être aqueuses, plus ou moins colorées de sang) après la ménopause qui doit inciter la patiente à immédiatement consulter un médecin.

Celui-ci évaluera, en fonction des conclusions de l’examen clinique, la nécessité de réaliser des examens, lesquels peuvent inclure une échographie et le prélèvement d’un morceau de la paroi utérine.

C’est l’analyse de ces tissus au microscope par un anatomopathologiste qui permet de déterminer la nature cancéreuse ou non des cellules et d’établir le diagnostic.


Vivre avec & après la maladie

Le diagnostic de cancer est une épreuve difficile. L’équipe médicale est là pour aider et orienter les patientes et leurs proches tout au long de cette épreuve…

Après le choc lié à l’annonce de la maladie, il est important pour la patiente de s’impliquer progressivement dans sa prise en charge. Ne pas perdre pied et éviter les baisses de moral contribuent en effet à l’efficacité des traitements.

Dans cet objectif, le soutien des proches est important, ainsi que celui du personnel soignant qui peut entendre les inquiétudes et répondre aux interrogations exprimées.

Plusieurs dispositifs extérieurs à la famille et à l’équipe soignante peuvent également aider la patiente à accepter la maladie et à faire face : elle peut par exemple trouver du soutien auprès de structures d’écoute et d’information. Il peut aussi être bénéfique d’échanger avec un psychologue ou psycho-oncologue. Ces spécialistes sont généralement disponibles au sein des services d’oncologie. 


ON PEUT TOUS
S’ENGAGER !

Faire un don, organiser une collecte, devenir partenaire, s’informer sur les legs et assurances-vie… Les moyens de s’engager contre le cancer sont multiples.

Ensemble, accélérons la recherche pour sauver plus de vies.

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).